Quand consulter une sexologue ?

Les gens qui vivent des difficultés relationnelles et sexuelles ne savent pas toujours vers qui se tourner et n'ont pas le réflexe de penser aux sexologues, bien que ce soit exactement notre spécialisation. Les gens pensent à tort que les sexologues se limitent aux comportements sexuels, quand en réalité, nous couvrons un territoire bien plus large.


La liste de raisons pour consulter une sexologue se trouve ici.


Les types de sexologues


Les activités des sexologues selon le champ de spécialisation varient.


  • Sexologie clinique et psychothérapie


Les sexologues, comme moi, qui font de la thérapie (aussi appelé relation d'aide/counseling) ont comme rôle d'évaluer les difficultés présentées par les client.es et proposent un plan d'intervention qui permet de prévenir, traiter, ou soulager une difficulté personnelle et/ou relationnelle. Certains sexologues psychothérapeutes (pas moi) détiennent également un permis de psychothérapie délivré par l'Ordre des psychologues du Québec.


J'explique en détail ici la différence entre la relation d'aide et la psychothérapie.


Ces sexologues travaillent en bureau privé, ou au sein d'organismes publics/parapublics comme des cliniques médicales, hôpitaux, centres d'aides, CISSS, CIUSSS, etc.


  • Éducation et intervention


Les sexologues en intervention et en éducation font de la conception de programmes, de l'éducation à la sexualité, de la prévention et de la promotion en matière de santé sexuelle auprès de diverses communautés. Je remplis ce mandat via des organismes communautaires qui desservent la population immigrante, par exemple. Ces sexologues peuvent également offrir du soutien et de l'accompagnement.


Ces sexologues travaillent en milieu scolaire, communautaire, correctionnel ou dans le réseau de la santé et des services sociaux.


  • Recherche


Les sexologues qui font de la recherche contribuent à enrichir nos connaissances et notre savoir par leurs études sur la sexualité humaine dans toutes ses dimensions.


Ces sexologues travaillent principalement dans les institutions universitaires, les organismes publics ou parapublics.



Qui est sexologue? Quelles formation et études ont les sexologues?


90% des sexologues au Québec sont des femmes, ce qui explique pourquoi j'utilise les pronoms féminins pour désigner l'ensemble de mon corps professionnel.


Nous sommes des professionnelles régies par l'Ordre professionnel des sexologues du Québec (OPSQ). Le titre de sexologue est protégé, signifiant que toutes les sexologues utilisant ce titre font obligatoirement partie de l'ordre. Autrement dit, il faut qu'une entité externe, dans ce cas l'OPSQ, nous donne la permission d'utiliser ce titre et nous juge qualifiées et compétentes pour être sexologue.


Être membre de mon ordre signifie que j'ai le devoir de vous offrir un service de qualité, de maintenir mes compétences à jour ainsi que de respecter les lois et les règlements en vigueur.


Je suis aussi tenue de diffuser du contenu validé scientifiquement. En tant que sexologue, je me considère comme étant une vulgarisatrice de plusieurs disciplines scientifiques (éducation, sociologie, psychologie, biologie, etc). Les sexologues ne sont pas des techniciennes de la sexualité.


C'est pourquoi il est faux et réducteur d'associer les sexologues à des vendeuses de jouets sexuels.


Je suis biaisée, mais nous sommes choyés au Québec parce que nous détenons une expertise sexologique inégalée à un niveau international. La sexologie au Québec constitue le seul endroit où le titre de sexologue est réservé et réglementé.


Nous avons toutes une formation universitaire (baccalauréat, maîtrise, doctorat) et nous sommes toute passées par l'Université du Québec à Montréal, qui est le seul endroit où un baccalauréat en sexologie est offert.


La formation offerte est unique au Québec. En effet, à ce jour, l’Université du Québec à Montréal (UQAM) est la seule institution universitaire à offrir une formation complète (baccalauréat depuis 1978, maîtrise depuis 1980 et doctorat depuis 2012) dédiée spécifiquement à l’étude interdisciplinaire de la sexualité humaine. (Després et Bergeron)



Comment devenir sexologue?


Il faut étudier à l'Université du Québec à Montréal. Les autres universités offrent des programmes et des certificats en lien avec la sexualité, mais non en sexologie.


L'UQÀM est le seul endroit qui offre une formation en sexologie qui mène à l'obtention du titre réservé.


Comme expliqué par Després et Bergeron :

"À ce jour, il existe trois diplômes donnant accès au titre de sexologue reconnu par l’OPSQ : le diplôme de baccalauréat en sexologie, celui de maîtrise en sexologie clinique et celui de maîtrise en recherche-intervention, tous les trois obtenus à la suite d’une formation suivie à l’UQAM. Le programme de baccalauréat est un programme de formation professionnelle interdisciplinaire permettant aux futurs sexologues d’effectuer des interventions éducatives et préventives en matière de sexualité, de même qu’en relation d’aide; le programme de la maîtrise clinique vise une spécialisation dans le domaine de la sexothérapie; le programme de maîtrise du profil recherche-intervention, quant à lui, vise la formation de professionnels capables d’agir en tant qu’agents de développement, de coordination et d’évaluation de l’éducation sexuelle, de même que de futurs chercheurs."



Pour toutes ces raisons, vous comprendrez que je suis extrêmement fière d'être sexologue. Mes collègues sexologues partout dans cette province contribue au rayonnement de cette profession qui mérite d'être mieux connue, que ce soit en Abitibi jusqu'au Saguenay!


Source:

Després, L. & Bergeron, M. (2019). Des obstacles à la construction de l’identité professionnelle des sexologues. Relations industrielles / Industrial Relations, 74 (4), 697–718. https://doi.org/10.7202/1066831ar


713 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout